Astronomie

Les grandes étoiles sont-elles plus rondes ?

Les grandes étoiles sont-elles plus rondes ?

La Terre est une sphère très lisse, et le Soleil encore plus, avec seulement des fluctuations mineures. Je me demande : les étoiles plus grosses sont-elles encore plus rondes ? Intuitivement, cela semble évident, mais je n'en suis pas si sûr. Par exemple, l'équilibre hydrostatique fait que les étoiles plus grandes sont beaucoup moins denses que les naines rouges. Alors, quel est le facteur le plus important pour savoir à quel point une étoile est ronde, une masse plus élevée ou une activité moindre ? La cause la plus importante des irrégularités est bien sûr le taux de rotation de l'étoile, qui est à peu près indépendant de la taille. Ignorant cela, les étoiles plus grandes ont-elles des écarts plus petits par rapport à l'ellipsoïde par rapport à leur taille ?

Éditer

Comme il semble que le critère "autre que le taux de rotation" n'ait pas vraiment de sens, j'y mets maintenant fin.


En termes de vitesse angulaire moyenne, la distribution des taux de rotation parmi les étoiles de la séquence principale est bien connue. Allen (1963) a compilé des données sur la masse, le rayon et la vitesse équatoriale, qui ont ensuite été développées par McNally (1965), qui s'est concentré sur la vitesse angulaire et le moment angulaire. Il est devenu clair que la vitesse angulaire augmente à partir de faibles taux pour les types spectraux de G et inférieurs avant d'atteindre un pic autour des étoiles de type A, puis de diminuer lentement.

La vitesse équatoriale continue d'augmenter jusqu'aux étoiles de type B, avant de diminuer lentement, mais en raison de l'augmentation des rayons des étoiles de la séquence principale de type O et B, le pic de vitesse angulaire se produit avant cela. Dans le cadre de Jean-Louis Tassesoul Rotation stellaire note, de nombreuses étoiles de type O ont des périodes de rotation similaires à celles des étoiles de type G comme le Soleil !

La distribution n'est pas lisse et uniforme (McNally a remarqué une étrange discontinuité dans le moment angulaire par unité de masse à droite pour les étoiles A0 et A5 ; voir sa figure 2) ; Barnes (2003) a observé deux populations distinctes en grappes ouvertes, constituées de rotateurs plus lents (la séquence I) et de rotateurs plus rapides (la séquence C). Les étoiles peuvent migrer d'une séquence à l'autre au fur et à mesure de leur évolution. Chose intéressante, les étoiles de la séquence I perdent leur moment angulaire $J$ plus rapide que les étoiles sur la séquence C : $$frac{mathrm{d}J}{mathrm{d}t}propto-omega^n,quad ext{where}egin{cases} n=3 ext{ sur la séquence I } n=1 ext{ sur la séquence C} end{cases}$$ Ici, bien sûr, $omega$ est la vitesse angulaire. Ces résultats obéissent à la loi de Skumanich.

L'aplatissement peut être déterminé à partir de la masse, du rayon et de la vitesse angulaire comme $$f=frac{5omega^2R^3}{4GM}$$ En utilisant ces données et les données de McNally, quelques calculs rapides me donnent le tableau suivant : |Type spectral|$f/f(O5)$| |--|-------| |O5 | 1 | |B0 | 1,28 | |B5 | 1,84 | |A0 | 1,67 | |A5 | 1,35 | |F0 | 0,482| |F5 | 0,0387| |G0 | 0,000314|


Le télescope Webb de la NASA nous montrera plus d'étoiles à plus haute résolution - voici ce que cela signifie pour l'astronomie

La combinaison d'instruments à haute résolution et de détection infrarouge sur le prochain télescope spatial James Webb de la NASA fournira aux astronomes une mine de données détaillées sur les étoiles individuelles dans l'univers local. Une équipe de scientifiques a développé des tests des capacités de résolution des étoiles de Webb, qui ouvriront la voie à de futures observations et découvertes dans de nombreux domaines de l'astronomie, notamment l'énergie noire, le cycle de vie stellaire et l'évolution des galaxies au cours du temps cosmique.


Cette étoile est l'objet céleste le plus rond jamais mesuré

Une nouvelle étude publiée dans Avancées scientifiques identifie l'étoile Kepler 11145123 comme étant l'objet le plus symétrique sphérique jamais observé dans l'espace. Une équipe dirigée par Laurent Gizon de l'Institut Max Planck pour la recherche sur le système solaire a mesuré la forme de cette étoile à l'aide d'une nouvelle technique qui détecte la façon dont une étoile se dilate et se contracte périodiquement de notre point de vue. En suivant ces oscillations, les scientifiques peuvent déduire la forme d'un objet distant avec une précision extrême.

Lorsque les étoiles tournent, elles s'aplatissent sous l'effet de la force centrifuge. Plus une étoile tourne vite, plus elle devient aplatie aux pôles, tandis que la région équatoriale est bombée vers l'extérieur. Mais Kepler 11145123 tourne extrêmement lentement (environ trois fois plus lentement que notre Soleil, qui tourne une fois tous les 27 jours), ce qui entraîne très peu de pression gravitationnelle vers l'extérieur. À l'aide des données recueillies par le télescope spatial Kepler, l'équipe de Gizon a montré que la différence de rayon entre l'équateur et les pôles n'est que de deux milles (3 km), plus ou moins un demi-mile.

Alors bien sûr, ce n'est pas un à la perfection objet sphérique, mais mettons cela en perspective. Notre Soleil a un rayon à l'équateur qui est de 6,2 miles (10 km) plus grand que les pôles. La Terre ressemble particulièrement à une citrouille, avec une différence de 13 miles (21 km). De plus, Kepler 11145123 est deux fois plus grand que notre Soleil, ce qui rend la différence de deux milles encore plus remarquable.

L'équipe de Gizon a compilé une liste d'autres étoiles supersphériques potentielles et prévoit d'utiliser également sa nouvelle technique pour les mesurer. Il sera intéressant de voir combien de temps Kepler 11145123 restera dans le livre des records en tant qu'objet connu le plus rond de l'univers.


Ensemble de cartes mémoire partagées

Approximativement, avec quelle composition de base sont nées toutes les étoiles ?

A) 90 pour cent d'hydrogène, 10 pour cent d'hélium, pas plus de 1 pour cent d'éléments plus lourds

B) moitié hydrogène, moitié hélium, pas plus de 2% d'éléments plus lourds

C) 98 pour cent d'hydrogène, 2 pour cent d'hélium

D) un quart d'hydrogène, trois quarts d'hélium, pas plus de 2% d'éléments plus lourds

E) trois quarts d'hydrogène, un quart d'hélium, pas plus de 2% d'éléments plus lourds

Étant donné que toutes les étoiles commencent leur vie avec la même composition de base, quelle caractéristique détermine le plus en quoi elles différeront ?

A) la luminosité avec laquelle ils sont formés

B) la masse avec laquelle ils sont formés

D) lieu où ils sont formés

E) couleur ils sont formés avec

La luminosité d'une étoile est la

A) luminosité apparente de l'étoile dans notre ciel.

C) température de surface de l'étoile.

D) quantité totale de lumière que l'étoile rayonne chaque seconde.

E) quantité totale de lumière que l'étoile rayonnera pendant toute sa durée de vie.

Supposons que vous mesuriez l'angle de parallaxe pour une étoile particulière à 0,5 seconde d'arc. La distance à cette étoile est

La séquence spectrale par ordre de température décroissante est

Lequel des énoncés suivants décrit le mieux les axes d'un diagramme de Hertzsprung-Russell (H-R) ?

A) température de surface sur l'axe horizontal et luminosité sur l'axe vertical

B) température intérieure sur l'axe horizontal et masse sur l'axe vertical

C) masse sur l'axe horizontal et luminosité sur l'axe vertical

D) température de surface sur l'axe horizontal et rayon sur l'axe vertical

E) masse sur l'axe horizontal et âge stellaire sur l'axe vertical

Quelle est la plus petite masse qu'une star nouveau-née puisse avoir ?

A) 800 fois la masse de Jupiter

B) environ 1/80 de la masse de notre Soleil

C) 80 fois la masse de Jupiter

D) environ 1/800 de la masse de notre Soleil

E) 8 fois la masse de Jupiter

Que se passe-t-il lorsqu'une étoile épuise son approvisionnement principal en hydrogène ?

A) Son noyau se contracte, mais ses couches externes se dilatent et l'étoile devient plus grosse mais plus froide et reste donc à la même luminosité.

B) Il se contracte, devenant plus chaud et plus lumineux.

C) Il se contracte, devient plus petit et plus sombre.

D) Son noyau se contracte, mais ses couches externes se dilatent et l'étoile devient plus grosse et plus brillante.

E) Il s'étend, devient plus gros mais plus faible.

Comparée à l'étoile à partir de laquelle elle a évolué, une géante rouge est

D) la même température et la même luminosité.

Qu'est-ce qu'une nébuleuse planétaire ?

A) un disque de gaz entourant une protoétoile qui peut former des planètes

B) l'enveloppe de gaz en expansion qui n'est plus liée gravitationnellement au reste d'une étoile de faible masse

C) ce qui reste des planètes autour d'une étoile après qu'une étoile de faible masse ait mis fin à sa vie

D) la coquille de gaz en expansion qui reste lorsqu'une naine blanche explose en supernova

E) le nuage moléculaire à partir duquel se forment les protoétoiles

Laquelle des séquences suivantes décrit correctement les étapes de la vie d'une étoile de faible masse ?

A) géante rouge, protostar, séquence principale, naine blanche

B) protostar, géante rouge, séquence principale, naine blanche

C) protostar, séquence principale, naine blanche, géante rouge

D) naine blanche, séquence principale, géante rouge, protostar

E) protostar, séquence principale, géante rouge, naine blanche

Après un événement de supernova, que reste-t-il ?

B) soit une naine blanche soit une étoile à neutrons

E) soit une étoile à neutrons soit un trou noir

Les naines blanches sont ainsi appelées parce que

A) il amplifie le contraste avec les géantes rouges.

B) ce sont les produits finaux de petites étoiles de faible masse.

C) ils sont à la fois très chauds et très petits.

D) ils sont soutenus par la pression de dégénérescence des électrons.

E) ils sont l'opposé des trous noirs.

Comment une naine blanche de 1,2 masse solaire se compare-t-elle à une naine blanche de 1,0 masse solaire ?

A) Il a une température de surface inférieure.

C) Il a un rayon plus petit.

D) Il est soutenu par la pression de dégénérescence des neutrons plutôt que des électrons.

E) Il a une température de surface plus élevée.

Lequel des éléments suivants est le plus proche en taille (rayon) d'une naine blanche ?

Lequel des éléments suivants est le plus proche en taille (rayon) d'une étoile à neutrons ?

D'un point de vue théorique, qu'est-ce qu'un pulsar ?

A) un système binaire qui se trouve être aligné de sorte qu'une étoile éclipse périodiquement l'autre

B) une étoile à neutrons en rotation rapide

C) une étoile à neutrons ou un trou noir qui se trouve dans un système binaire

D) une étoile qui se dilate et se contracte alternativement

E) une étoile qui brûle du fer en son noyau

Quelle est la définition de base d'un trou noir ?

A) un noyau galactique mort qui ne peut être vu qu'en infrarouge

B) tout objet fait de matière noire

C) tout objet dont la vitesse de fuite dépasse la vitesse de la lumière

D) toute masse compacte qui n'émet pas de lumière

E) une étoile morte qui a disparu de la vue

Laquelle des affirmations suivantes sur les trous noirs n'est pas vraie ?

A) Si vous tombiez dans un trou noir, vous constateriez que le temps fonctionnerait normalement alors que vous plongez rapidement à travers l'horizon des événements.

B) Un trou noir est vraiment un trou dans l'espace-temps, à travers lequel nous pourrions quitter l'univers observable.

C) Si le Soleil disparaissait par magie et était remplacé par un trou noir de même masse, la Terre serait bientôt aspirée dans le trou noir.

D) Si nous regardons une horloge tomber vers un trou noir, nous la verrons tic tac de plus en plus lentement à mesure qu'elle se rapproche du trou noir.

E) Si vous regardez quelqu'un d'autre tomber dans un trou noir, vous ne le verrez jamais traverser l'horizon des événements.

Cependant, il ou elle disparaîtra de la vue à mesure que la lumière qu'il ou elle émet (ou reflète) devient de plus en plus décalée vers le rouge.

C) Si le Soleil disparaissait par magie et était remplacé par un trou noir de même masse, la Terre serait bientôt

aspiré dans le trou noir.

Si vous deviez revenir dans notre système solaire dans 6 milliards d'années, à quoi pourriez-vous vous attendre ?

A) un pulsar en rotation rapide

E) Tout sera à peu près comme maintenant.

Quel est le diamètre du disque de la Voie Lactée ?

Lequel des éléments suivants comprend les membres les plus anciens de la Voie lactée ?

A) le Soleil et les autres étoiles de masse solaire

E) étoiles géantes rouges dans des bras spiraux

Combien de temps faut-il environ au Soleil pour orbiter autour de la Voie lactée ?

Quelle constellation se trouve dans la direction vers le centre galactique ?

Par rapport aux galaxies spirales, les galaxies elliptiques sont

La composante disque d'une galaxie spirale comprend laquelle des parties suivantes ?

Pourquoi les variables Céphéides sont-elles importantes ?

A) Les variables céphéides sont des étoiles dont la luminosité varie car elles abritent un trou noir.

B) Les céphéides sont des étoiles supermassives qui sont sur le point de devenir des supernovae et nous permettent donc de choisir des candidats à surveiller si nous espérons observer une supernova dans un futur proche.

C) Les céphéides sont des étoiles variables pulsantes, et leurs périodes de pulsation sont directement liées à leur véritable luminosité. Par conséquent, nous pouvons utiliser les Céphéides comme "bougies standard" pour les mesures de distance.

D) Les céphéides sont un type de jeune galaxie qui nous aide à comprendre comment se forment les galaxies

C) Les céphéides sont des étoiles variables pulsantes, et leurs périodes de pulsation sont directement liées à leur véritable luminosité. Par conséquent, nous pouvons utiliser les Céphéides comme "bougies standard" pour les mesures de distance.

A) La vitesse de récession d'une galaxie est directement proportionnelle à sa distance par rapport à nous.

B) La vitesse de récession d'une galaxie est inversement proportionnelle à sa distance de nous.

C) Plus la période de temps entre les pics de luminosité est longue, plus la luminosité de l'étoile variable Céphéide est élevée.

D) Plus la vitesse de rotation d'une galaxie spirale est rapide, plus elle est lumineuse.

E) Plus la vitesse de rotation d'une galaxie spirale est rapide, moins elle est lumineuse.

Sur la base des estimations actuelles de la valeur de la constante de Hubble, quel âge a l'univers ?

A) entre 12 et 16 milliards d'années

B) entre 16 et 20 milliards d'années

C) entre 8 et 12 milliards d'années

D) entre 20 et 40 milliards d'années

E) entre 4 et 6 milliards d'années

J'observe une galaxie à 100 millions d'années-lumière : que vois-je ?

A) la lumière de la galaxie telle qu'elle était il y a 100 millions d'années et elle est décalée vers le rouge

B) la lumière de la galaxie telle qu'elle est aujourd'hui, mais elle est décalée vers le rouge

C) la lumière de la galaxie telle qu'elle est aujourd'hui, mais elle est décalée vers le bleu

D) la lumière de la galaxie telle qu'elle était il y a 100 millions d'années et elle s'est décalée vers le bleu

E) Rien : la galaxie se trouve au-delà de l'horizon cosmologique.

Pourquoi les collisions de galaxies auraient-elles été plus fréquentes dans le passé qu'elles ne le sont aujourd'hui ?

A) Les galaxies étaient beaucoup plus grosses dans le passé car elles ne s'étaient pas complètement contractées.

B) Les galaxies s'attiraient plus fortement dans le passé parce qu'elles étaient plus massives qu'elles n'avaient pas encore transformé la majeure partie de leur masse en étoiles et en lumière.

C) Les galaxies étaient plus proches dans le passé parce que l'univers était plus petit.

D) Les galaxies étaient plus actives dans le passé et se seraient donc heurtées plus fréquemment.

E) Les collisions de galaxies n'auraient pas dû être plus courantes dans le passé qu'elles ne le sont maintenant.

A) un objet semblable à une étoile qui représente en fait une tache brillante de gaz dans la Voie lactée

B) un instrument astronomique spécialisé pour l'observation des étoiles lointaines

C) le centre extrêmement lumineux d'une galaxie lointaine, supposée être alimentée par un trou noir massif

D) une très grande galaxie que l'on pense formée par la fusion de plusieurs galaxies plus petites, typiquement trouvées dans le

centre d'un amas de galaxies

E) un autre nom pour les étoiles très brillantes de type spectral O

Qu'entend-on par « énergie noire » ?

A) l'agent provoquant l'accélération de l'expansion universelle

B) l'énergie totale dans l'Univers après le Big Bang mais avant les premières étoiles

C) des particules hautement énergétiques qui sont censées constituer de la matière noire

D) toute force inconnue qui s'oppose à la gravité

E) l'énergie associée à la matière noire à travers E=mc2

Quelles sont les preuves d'un univers en accélération ?

A) Les supernovae naines blanches sont légèrement plus faibles que prévu pour un univers en roue libre.

B) La galaxie d'Andromède s'éloigne de la Voie lactée à une vitesse toujours croissante.

C) Les supernovae naines blanches ont la même luminosité quel que soit le décalage vers le rouge.

D) Il y a beaucoup plus de matière noire que de matière visible dans l'univers.

E) Les supernovae naines blanches sont légèrement plus brillantes que prévu pour un univers en roue libre.

À ce jour, les physiciens ont étudié le comportement de la matière et de l'énergie à des températures aussi élevées que celles


Des étoiles carrées ?

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un Orion Starblast 4.5 à un prix cassé. Comme Orion annonce qu'il a un miroir parabolique, j'ai décidé d'essayer de le déplacer du petit dob ​​au petit newtonien d'imagerie. J'ai raccourci le tube d'un Bresser un peu plus robuste avec un porte-oculaire en métal plus solide et j'ai transplanté le miroir Starblast. Le résultat a été meilleur que je ne le craignais, mais pas aussi bon que je l'avais espéré. Il y a un certain nombre de problèmes qui devront être résolus si je persiste, mais mon principal problème pour le moment est qu'il produit des images avec des étoiles distinctement carrées. Voir l'exemple ci-joint (petit recadrage du centre de l'APS-C, agrandi). Avez-vous des conseils sur la cause de cela et/ou comment cela pourrait être corrigé ?

Vignettes attachées

Édité par Messierthanwhat, 08 février 2018 - 12:46.

#2 Mike Lockwood

Vendeur, Lockwood Custom Optics

Je ne pense pas qu'ils soient carrés - je pense que c'est (principalement) le coma qui les rend apparaître carré en raison du traitement.

#3 TimK

Je me demandais s'il y avait un problème d'alignement optique.

Les pointes de diffraction semblent complètement fausses.

#4 OleCuss

Difficile à dire avec certitude sans savoir exactement quel appareil photo et la taille de ses pixels, mais cela me semble être un sous-échantillonnage. Vous vous retrouvez avec la pixellisation et autres.

Donc, la clé serait tout simplement de ne pas le recadrer autant et ce ne sera probablement pas un problème notable. Bien que le coma puisse alors être un problème si vous n'utilisez pas de correcteur de coma.

#5 Jon Isaacs

Comme d'autres l'ont dit, c'est un problème de capture et de traitement d'image. En regardant à travers l'oculaire, vous aurez des étoiles d'apparence normale.

#6 Plus mesquin que quoi

Merci à tous pour les réponses. Après avoir examiné les conseils et effectué quelques tests supplémentaires, je pense qu'il s'agit principalement d'un problème de traitement. L'image ci-dessus a été recadrée depuis le centre même d'une pile de 74 sous-marins d'un Pentax K-30 (16,2 MP APS-C, 4,8 microns de pixels). Tous les 74 ont duré 45 secondes à 1600 ISO. Ils ont été empilés dans Sequator avec la fonction « High dynamic range » active.

Depuis la publication, j'ai fait des piles alternatives des mêmes sous-marins, d'abord dans Sequator avec la "luminosité automatique" active et la "plage dynamique élevée" désactivée. Ce réglage fait exploser le noyau, mais produit des étoiles rondes. J'ai également fait un stack en DSS, avec des résultats similaires, un noyau soufflé et des étoiles plus rondes. Malheureusement, les étoiles rondes dans les deux programmes sont un peu plus grandes. De toute évidence, la fonction "HDR" de Sequator assombrit les pixels partiellement éclairés qui donneraient aux étoiles une forme plus arrondie. Je vais devoir voir si je peux gérer cela en modifiant mon propre flux de travail.


Guide d'achat

Lorsque nous achetons un produit avec notre argent durement gagné, il devient une partie de nous, surtout lorsque nous parlons d'un domaine aussi intime, comme l'astrophotographie. Les professionnels de la maison doivent être d'accord, alors il y a plusieurs aspects critiques sur lesquels un objectif de caméra doit être jugé. Il ne s'agit pas seulement de l'objectif et de son adéquation, il s'agit davantage de l'expérience personnelle qu'il crée pour la personne qui tient l'appareil photo et regarde le ciel nocturne.

Si vous êtes passionné par l'achat du meilleur objectif pour l'astrophotographie qui vous soulagera des limites d'un objectif simple, lisez le guide d'achat pour comprendre les caractéristiques à mieux prendre en compte avant de sortir votre portefeuille.


La plupart des galaxies elliptiques sont « comme des spirales »

La majorité des galaxies «elliptiques» ne sont pas sphériques mais en forme de disque, ressemblant à des galaxies spirales telles que notre propre Voie lactée avec le gaz et la poussière retirés, suggèrent de nouvelles observations.

Les résultats proviennent d'Atlas3D, une étude des 260 galaxies de type précoce (« elliptiques » et « lenticulaires ») dans un volume bien défini de l'univers voisin. Atlas3D montre un lien beaucoup plus étroit entre les galaxies «elliptiques» et les galaxies spirales qu'on ne le pensait auparavant. Les découvertes sont susceptibles de changer nos idées sur la façon dont les galaxies se forment et de voir les manuels d'astronomie réécrits.

Un rapport de la recherche, par l'équipe internationale Atlas3D, est publié dans un prochain numéro de Avis mensuels de la Royal Astronomical Society.

"Parce que nous nous appuyons sur des images optiques, jusqu'à présent, il a été très difficile de séparer les disques d'étoiles vus de face des boules d'étoiles plus rondes et sphériques vues de côté", a déclaré le Dr Michele Cappellari de l'Université d'Oxford, une Royal Society Research Fellow qui est le leader britannique du projet Atlas3D. "Mais parce que les étoiles d'un disque mince tournent beaucoup plus rapidement que celles d'un sphéroïde, obtenant des cartes des mouvements stellaires pour toutes les galaxies elliptiques de l'échantillon, nous avons montré que sur ces 66% sont semblables à des disques."

Les résultats suggèrent que l'idée que les galaxies peuvent être clairement séparées en deux « familles » différentes, les galaxies spirales et les galaxies elliptiques, reflétant deux chemins distincts vers la formation des galaxies, est inexacte.

Cette approche des « deux familles » a été illustrée dans le diagramme du « diapason » d'Edwin Hubble de 1936 dans lequel les nébuleuses elliptiques, qui consistent en des groupes d'étoiles plus sphériques, se séparent en deux branches de galaxies spirales (avec et sans barres). Les résultats d'Atlas3D suggèrent que ce diapason devrait être remplacé par un diagramme "en forme de peigne" où les galaxies elliptiques sont parallèles aux spirales et liées à elles le long des dents du peigne alors que seules quelques vraies elliptiques sont séparées dans la poignée.

«Selon notre étude, seule une petite fraction des galaxies elliptiques, les « rotateurs lents », sont de véritables sphéroïdes. Cela révèle une forte ressemblance familiale entre les galaxies elliptiques et spirales une fois que nous pouvons déterminer si nous les voyons de face ou de côté», a déclaré le Dr Cappellari. «Cette relation étroite devra être prise en compte dans tous les futurs modèles de formation des galaxies. C'est un moment passionnant, après quatre ans de travail dans le projet, nous avons la dernière pièce du puzzle qui nous permet de dire que les manuels utilisés pour enseigner l'astronomie depuis plus de 70 ans doivent maintenant être révisés.'

L'équipe, dirigée par le Dr Michele Cappellari du Département de physique de l'Université d'Oxford, Eric Emsellem, Davor Krajnovic (ESO, Allemagne) et Richard McDermid (Gemini, États-Unis), a compilé leurs cartes des mouvements stellaires à partir de 40 nuits d'observations à l'aide de l'intégrale SAURON. spectrographe de champ au télescope William Hershel de 4,2 m aux îles Canaries.

Un rapport de la recherche doit être publié dans un prochain numéro de Avis mensuels de la Royal Astronomical Society. L'auteur principal, le Dr Michele Cappellari, a été soutenu par une bourse de recherche de la Royal Society.


Jouer avec l'empilement en direct SharpCap

Ce week-end nous a donné certaines des températures les plus froides de l'année, mais aussi certains des ciels les plus clairs depuis des mois. Heureusement, je suis un astronome vidéo et je n'ai qu'à être dehors assez longtemps pour installer la lunette et les caméras. Mon objectif ce week-end était d'essayer cette nouvelle idée fantaisiste (enfin, nouvelle pour moi) d'empiler de nombreuses images à des temps d'exposition courts. Pour ce faire, j'ai utilisé la dernière version bêta de SharpCap. Deux caméras ont été utilisées, chacune une nuit différente :

Samedi 13 février : VRC 10" + Meade f3.3 (

f/3,1) + Xtreme XT 418 + filtre Lumicon Deepsky

Dimanche 14 février : VRC 10" + Meade f3.3 (

f/3,1) + ASI185MC + Astronomik UHC

Les conditions étaient claires à 100% les deux nuits, les températures autour de -25 degrés Celsius. Cependant la transparence était mauvaise samedi soir car le vent était fort et l'air était rempli de poudrerie. La transparence dimanche était passable à bonne. Je n'étais pas satisfait des performances du filtre Lumicon après la première nuit, alors je suis passé au filtre Astronomik la deuxième nuit. L'Astronomik UHC a 80% de la transmission moyenne du Lumicon Deepsky, mais il offre un meilleur contraste sur toutes les cibles, y compris les galaxies.

J'avoue que ce test a été fait un peu bâclé. Je n'ai pas essayé de faire correspondre le temps d'exposition total entre les deux caméras. J'étais occupé à observer et à interagir avec les gens sur mon émission NSN. Les exemples de captures ci-dessous sont donc davantage destinés à des comparaisons qualitatives. Les détails concernant le nombre d'images empilées et l'exposition par image se trouvent dans le nom de fichier de chaque image. Voici les deux premiers.

M46 (ASI185 12 x 5 s, XT418 3 x 20 s)

Vignettes attachées

Édité par jimthompson, le 17 février 2016 - 12:49.

#2 jimthompson

Deux autres cibles, M51 et une partie de Leo Triplet.

M51 (ASI185 22 x 10 s, XT418 4 x 30 s)

M65-M66 (ASI185 23 x 10 s, XT418 3 x 30 s)

Vignettes attachées

Édité par jimthompson, le 17 février 2016 - 12:50.

#3 jimthompson

Deux autres, les groupes de galaxies M97 et M105.

M97 (ASI185 21 x 10 s, XT418 3 x 30 s)

M105 (ASI185 28 x 5 s, XT418 4 x 30 s)

Vignettes attachées

Édité par jimthompson, le 17 février 2016 - 12:52.

# 4 jimthompson

. et enfin les deux derniers, ngc2358 Thor's Helmet et ARP214 (objectif d'observation du mois).

ngc2358 (ASI185 17 x 10 s, XT418 4 x 20 s)

ARP214 (ASI185 20 x 10 s, XT418 4 x 30 s)

Vignettes attachées

Édité par jimthompson, le 17 février 2016 - 12:54.

#5 Jimthompson

Mes observations des deux nuits d'observation sont les suivantes :

- Un temps d'exposition par image plus long avec l'ASI185 n'a pas eu un grand impact sur la qualité de l'image. Pour la plupart des cibles, aller au-delà de 10 secondes par image a entraîné une image de moins bonne qualité en raison de la luminosité et de la difficulté à contrôler la balance des blancs.

- La balance des blancs était beaucoup plus facile à contrôler avec le XT418, que j'ai laissé sur ATW tout le temps et n'a ajusté que légèrement la saturation entre les cibles. L'ASI185 de SharpCap ne disposait que d'un curseur de réglage bleu et rouge, ce qui rendait difficile l'obtention d'un bon équilibre.

- Tout bien considéré, un meilleur contraste a été obtenu avec la caméra XT418 même si elle a été utilisée la nuit dans des conditions plus défavorables et avec le filtre qui donne moins de contraste.

- L'empilement dans SharpCap, lors de l'utilisation de la caméra XT418, a non seulement empilé chaque rafraîchissement de la caméra toutes les 5 à 30 secondes, mais également chaque image vidéo à 30 images par seconde. L'avantage d'empiler toutes les images vidéo entre les rafraîchissements de la caméra était que le bruit vidéo analogique était très bien supprimé.

- Les deux caméras, lorsqu'elles utilisent la technique d'empilement, gagneraient à utiliser un cadre sombre. Sur le XT418, le cadre sombre réduirait la lueur de l'ampli le long du haut du cadre et éliminerait mon léger vignettage (résultat de la façon dont j'avais attaché mon filtre LP). Sur l'ASI185, le cadre sombre aiderait avec la lueur de l'ampli qui entoure les 3 côtés du cadre ainsi que les défauts de colonne étranges (ou quoi qu'ils soient) sur le côté droit. Bien sûr, l'ASI185 a plus à gagner du dark frame.

- Pour les deux caméras, la fonction d'empilement à la volée était assez facile à utiliser et n'a pas vraiment affecté le flux de mon observation ou l'a rallongé de manière significative.

Si vous avez des observations ou des questions, faites-le moi savoir.

#6 AndrewXnn

Merci pour le partage de ces images. Très impressionnant que vous ayez pu travailler dans les conditions météorologiques du week-end dernier.

J'ai remarqué que les étoiles semblent gonflées dans certaines des vues, mais je ne sais pas dans quelle mesure cela provient de la difficulté de suivre par temps venteux ou d'une inadéquation entre la distance focale et la taille des pixels. De plus, je ne connais pas la taille des pixels de la caméra XT418.

#7 Astrojedi

Des résultats assez corrects étant donné que vous n'avez pas utilisé d'images sombres pour la caméra 185. Si vous utilisez des cadres sombres qui sont indispensables pour ces caméras CMOS de première génération afin d'éliminer la lueur de l'ampli, vous pourrez étirer davantage l'image 185 pour un meilleur contraste. Une comparaison sans cadres sombres favoriserait le MC XT car il est plus propre grâce au traitement d'image intégré.

Intéressant. les 185 images ne montrent aucun pixel chaud malgré l'absence de refroidissement. De plus, les 185 images montrent un peu de coma et de vignettage, ce qui, je suppose, est dû à la plus grande taille du capteur qui ne fonctionne pas bien avec la réduction focale.

Mais dans l'ensemble, ce n'est pas mal étant donné que l'un est un appareil photo à 370 $ avec 3,75 microns de pixels et l'autre est un appareil photo à 1 200 $ avec 8,4 × 9,8 microns de pixels et un refroidissement (bien que cela n'ait probablement pas d'importance pour cette comparaison étant donné les températures hivernales là-bas).

Ce serait bien de voir des images en pleine résolution pour les deux caméras, en particulier le 2,3 mégapixels 185.


Laboratoire 3

Utilisé avec la permission de « Engaging in Astronomical Inquiry » par Stephanie Slater, Timothy Slater et Daniel Lyons. Copyright W.H. Freeman and Company, New York, 2010.

Arrière-plan

Il est difficile de surestimer l'impact que l'image Hubble Deep Field (HDF) a eu sur l'astronomie au milieu des années 1990. Bien que les astronomes aient entrepris des observations avec des objectifs similaires avant la sortie du HDF, lorsqu'il était nouveau, il a fourni une multitude de données sur les galaxies qui ont permis aux astronomes de répondre à un certain nombre de questions non résolues sur les galaxies de l'Univers. L'image ultérieure du télescope spatial Hubble connue sous le nom de « champ ultra-profond Hubble » révèle une variété d'objets auparavant inconnus dans l'univers très lointain qui peuvent être systématiquement et scientifiquement comptés, organisés et classés.

REMARQUE: Si vous suivez le cours pour un crédit, remplissez les réponses ouvertes dans le lien du module « Lab 3 » dans Canvas.

Configuration de l'ordinateur et/ou matériel nécessaire :

Remarque : Il n'est pas prévu que les élèves aient étudié les galaxies avant de terminer ce projet de recherche.

Phase I : Exploration

1) Accédez à l'image de champ ultra-profond Hubble en ligne. Vous pourrez peut-être l'agrandir ou la réduire en faisant un "clic gauche" sur l'image avec votre souris. La plupart de ces objets sont des galaxies loin, très loin de la Terre. Cependant, quelques objets sont des étoiles proches, comme indiqué par "quatre points" sur l'image, comme indiqué dans l'image ci-dessous.
Combien d'étoiles pouvez-vous trouver ?

2) Encore une fois, la plupart des objets de l'image du champ ultra-profond de Hubble ne sont pas des étoiles individuelles, mais en fait des galaxies distantes - des collections isolées de millions ou de milliards d'étoiles qui ressemblent à un petit point ou à un nuage. Déterminez combien de galaxies se trouvent dans l'image. Étant donné que compter chaque galaxie n'est pas pratique, une stratégie pour estimer le nombre total consiste à compter avec précision le nombre de galaxies dans une petite section de l'image, puis à multiplier le résultat par le nombre approprié afin d'avoir une estimation du nombre de galaxies. dans toute l'image. Par exemple, si nous comptions le nombre de galaxies dans 1/4 de l'image, alors nous multiplierions le résultat par 4 pour trouver le nombre approximatif de galaxies dans l'image entière (notez que même cela n'est pas pratique, car 1/4 de l'image contient encore trop de galaxies pour les compter une par une). Gardez à l'esprit que chaque point de lumière qui n'est pas une étoile que vous avez identifié ci-dessus est en effet une galaxie. même les plus petits points !

Quel est le nombre total de galaxies sur cette image ?

3) une. Certaines galaxies sont de couleur rouge orangé, tandis que d'autres sont blanches et d'autres encore sont bleues. Quelle est la couleur de galaxie la plus courante sur l'image ? b. Expliquez précisément comment vous avez déterminé cela, pas seulement « J'ai regardé et j'ai vu plus de cette couleur ». Une explication précise devrait permettre à quelqu'un de répéter votre processus et (espérons-le) d'obtenir les mêmes résultats.

4) une. Si nous supposons que toutes les galaxies de cette image ont le même diamètre, alors celles qui sont proches apparaissent plus grandes et celles qui sont plus éloignées apparaissent plus petites. La plupart des galaxies de cette image sont-elles relativement proches ou relativement éloignées ? b. Quelle est votre preuve ?

Phase II : Les preuves correspondent-elles à une conclusion donnée

5) Accédez au site interactif Ultra Hubble Deep Field via le SkyWalker site Internet.

Le cercle vert dans le coin supérieur gauche est une sorte de "loupe" que vous pouvez faire glisser et qui vous permettra de regarder de près des parties du champ ultra-profond de Hubble. Notez que l'image fait environ 8 cercles verts de large et 10 cercles verts de haut, pour un total d'environ 80 cercles verts sur toute l'image.

Faites des croquis approximatifs des cinq le plus proche galaxies que vous pouvez trouver dans l'image, en se concentrant sur la galaxie elle-même et non sur les galaxies d'arrière-plan du cercle.

6) une. Considérez la question de recherche « Quel est le type de galaxie proche le plus courant ? » Si un autre étudiant proposait une généralisation qui « les galaxies voisines sont également réparties entre des galaxies rondes et sans relief et des galaxies allongées en forme de spirale » Seriez-vous d'accord ou pas d'accord avec cette généralisation basée sur les preuves que vous avez recueillies ci-dessus sur les formes des galaxies proches ? Ce n'est pas votre avis. Il peut être lu comme : « Tireriez-vous la même conclusion ? b. State specific evidence you will use. c. Explain your reasoning which should cite the evidence previously stated.

Phase III: What conclusions can you draw from this evidence?

The Hubble Ultra Deep Field is one of the most important images in astronomy because it shows some of the most distant galaxies in the universe. What conclusions and generalizations can you make from the following data collected by a student by randomly positioning the green circle in an effort to answer the question, "What is the general distribution of galaxy colors?" Explain your reasoning and provide the specific evidence you are using, with sketches or pie charts or graphs if necessary, to support your reasoning.


Conclusion

Whether picking your first and new pair of the binoculars or perhaps have been associated with the astronomy world for years, selecting the best ones can have such an immense influence on the entire experience. With a great number of brands to decide on and each one of these providing something exclusive in the feel, look and also images they are able to achieve, it is simply not an easy process anymore.

However, if you need something more efficient in magnification after that, your best product can be completely different for a person who desires a general view as well as different from a person who desires their new binoculars for star gazing.

I would love to suggest a device which can be the best fit for you, which is the Celestron 15呂 SkyMaster Giant Binocular. It has everything you need to gaze at the stars and enjoy miracles in the sky.

The miracles of this universe can be viewed so far with human eyes and because of wondrous inventions such as binoculars we are in a position to see beyond exactly what many people can still dream about. Having a good pair of astronomy binoculars will be your solution to see these miracles of the entire world if you pick the best one for your needs.